24 mai 2010



"Si quelqu'un me guérit et me retire mon mal,
j'entends aussi qu'il me hisse au niveau de
conscience que j'aurais atteint si j'avais
moi-même résolu ce que ce mal devait
m'apprendre.

Si non, s'il me laisse dans le même
état de conscience après m'avoir retiré mon mal,
il me vole l'outil de ma croissance que
peut être cette maladie."

Yvan Amar (1950-1999)

4 commentaires:

  1. Mais oui, voilà le grand message !
    C'est exactement ce que je pense !
    Il avait tout compris Yvan Amar.
    Nos souffrances sont sur notre chemin pour nous faire avancer et changer notre façon de voir les choses, d'agir, d'être : devenir un "Homme nouveau" comme il est dit dans l'évangile !
    Nous devrions donc être reconnaissants pour nos maladies qui nous hissent vers Dieu tandis que nous croyons que nous tombons plus bas que terre.
    Plus nos souffrances sont grandes et plus nous avons à apprendre ? C'est le secret ?
    C'est beau mais difficile et douloureux.
    Bises à tous
    ♥ Eillen ♥

    RépondreSupprimer
  2. Merci ! Très très bon !!! Je le partage dès maintenant !

    RépondreSupprimer
  3. wouhaho ! Grande leçon pour moi aujourd'hui de lire ce message... merci.

    RépondreSupprimer
  4. MERCI POUR CE MESSAGE !

    Claude G

    RépondreSupprimer